Soutenez votre magasin de marine local

CPS-22-7-LocalMarineStore-400.jpg

7 avril, 2022

Par Marc Robic

Avec l’assouplissement des restrictions liées à la pandémie, cette année plus que jamais, il est temps de soutenir vos détaillants locaux.

Alors que la pandémie entamait sa deuxième année, les achats en ligne ont augmenté de manière étonnante, laissant nos détaillants locaux sur le carreau avec des baisses importantes des ventes.

L’avènement d’Internet a indéniablement changé la façon dont les marins/consommateurs découvrent de nouveaux produits, améliorent leur connaissance globale du nautisme, de la voile, de la navigation, de même que de nouvelles destinations de navigation. Ainsi, de nombreux groupes liés à la navigation de plaisance sur Facebook fournissent une foule d’informations intéressantes et font aussi part de leurs expériences. Apprendre des succès et des échecs des autres est inestimable.

Comme de nombreux plaisanciers, je m’occupe aussi pendant l’hiver en faisant beaucoup de recherches sur les produits et en me gardant à jour sur les connaissances de base et diverses techniques. Les magazines nautiques et Internet sont des sources d’information auxquelles on réfère naturellement.

La recherche de produits en ligne est une bonne source d’information et d’avis de consommateurs. Toutefois, la prolifération des plaisanciers qui achètent presque tout en ligne a un terrible effet d’entraînement sur nos détaillants locaux.

Divulgation complète: oui, j’achète des articles en ligne, comme la plupart des gens. Cependant, j’essaie de trouver ce dont j’ai besoin, le plus possible, à mon magasin de marine local.

Ce qui me préoccupe de plus en plus et qui devrait nous préoccuper tous, c’est la survie de nos détaillants du secteur nautique. Vos magasins de marine, détenus et gérés par des personnes expérimentées et compétentes qui souvent des passionnés de bateaux eux-mêmes, embauchent principalement des locaux qui partagent aussi leur passion de la navigation de plaisance. Mieux encore, et à ne pas négliger, leur expérience colle à vos conditions et à votre environnement.

Comme le confirmeront John Duk et Laurie Anne McCormick, propriétaires de The Boathouse à Montréal, je planifie délibérément tous mes achats dans leur magasin. John et Laurie Anne sont eux-mêmes des plaisanciers et des marins expérimentés qui partagent généreusement leurs connaissances.

Je vais souvent les appeler ou leur envoyer un courriel à propos d’un produit qui m’intéresse. La plupart du temps, ils ont pu non seulement l’obtenir, mais souvent à un meilleur prix. Grâce à leur expérience, ils ont souvent suggéré une meilleure solution.

Malheureusement, certaines personnes passent du temps avec le personnel du magasin, expliquant ce dont elles ont besoin, prenant des informations et des conseils,  pour partir et acheter les produits en ligne. Parfois, au même prix, mais la plupart du temps à des prix plus élevés car l’expédition est soit en supplément, soit intégrée au prix.

Qu’en est-il de la valeur de l’expérience librement partagée par nos magasins de marine  locaux ? Comment peuvent-ils survivre ? N’apprécions-nous pas leur expérience et leurs connaissances? Qu’en est-il de leur présence lorsque quelque chose se brise à bord, juste avant un week-end de navigation, pour être sauvé par le magasin local qui avait exactement ce dont vous aviez besoin ou qui a fourni une solution temporaire pour sauver le week-end?

Je pense que nous devrions tous faire un effort pour protéger et soutenir nos magasins de marine locaux. Construire une relation avec votre détaillant local est une autre façon de rendre l’expérience du nautisme encore meilleure. En le faisant, nous réalisons rapidement à quel point la relation client/magasin spécialisé peut être bénéfique. Mais, comme toutes les relations, cela doit aller dans les deux sens!

Alors, amis plaisanciers et passionnés de sports nautiques, où que vous soyez, apprenez à connaître votre magasin de marine local et commencez à bâtir ce qui sera une relation enrichissante et durable!

Enfin, je m’en voudrais de ne pas prendre le temps de dire un mot aux fabricants et aux distributeurs. Eux aussi doivent jouer un rôle dans l’accompagnement de « leurs » clients : les détaillants de marine locaux ! Ils doivent tenir compte de leurs propres relations et leur renvoyer toutes les demandes d’achat. De nombreux fabricants que j’ai contactés au fil des ans pour obtenir des informations techniques ont fait exactement cela, et de ce fait, ont gagné mon respect pour leur marque.

Marc Robic

Marc est membre des Escadrilles canadiennes de plaisance. Lui et sa femme, Claude Couture, naviguent sur leur Catalina 270, Aquaholic 3, à partir du Yacht Club Ile-Perrot à Montréal, où Marc a été capitaine de port durant 16 ans. Avec plus de 40 ans d’expérience, Marc est également un bricoleur passionné. mrobic@aol.com

Related Articles


Jeanneau Yachts 55

Throw away the box, this is some fresh thinking

Seemingly part sailboat and part spaceship, the new Jeanneau Yachts 55 just busted through the boundaries of traditional yacht design. I couldn’t take my eyes off the bubble hardtop that met me at the dock and I stepped aboard with trepidation. A few hours later, I was planning how to spend my not-yet-won lottery winnings.

Read More


Destinations

Paving the Way to Cleaner Boating – How a Commitment to Reducing our Environmental Impact is Inspiring Cleaner Boating in Ontario

By Dave Rozycki

Over the past seven decades, Ontario’s marina industry has developed alongside some of Canada’s largest freshwater lakes. Boaters have been able to enjoy the beautiful scenery and create lasting memories on the water, with certain marinas dating back to the 1960s. As we reflect on this rich history, we can begin to see trends in how our footprint may have had an effect on the environment, in not-so-positive ways. However, by embracing innovative solutions and adopting sustainable practices, both marinas and boaters hold the key to preserving and enhancing the quality of our lakes and marine life for generations to come.

Read More