Ce que c’est, le comment et le pourquoi – Partie 2

22 février 2024

Par Marc Robic

La première partie de cette série est parue dans l’édition du 8 février de À Bord.

Comme c’est le cas pour de nombreux propriétaires de bateaux à chaque année, j’ai reçu un message de ma compagnie d’assurance me demandant de fournir une inspection maritime actualisée qui devait être réalisée avant la prochaine mise à l’eau.

Pour être honnête, cela m’a dérangé pour plusieurs raisons. 1) mon bateau est en très bon état et n’a pas besoin d’une expertise ; 2) son coût en elle-même semblait être un gaspillage d’argent et 3) le fait qu’au cours de mes 40 années de navigation active, j’ai vu quelques inspecteurs « louches » faire un travail douteux et qui ne devraient pas être même pas être accrédités.

D’un autre côté, je suis heureux que certains bateaux soient inspectés car leur navigabilité est quelque peu discutable.

Pour être objectif, j’ai décidé d’investiguer sur certains aspects auprès des compagnies d’assurance et j’ai pensé vous présenter ma propre inspection, réalisée en avril 2023.

Pour éviter tout retard au printemps, j’ai réservé en novembre 2022 une date d’inspection pour le mois d’avril suivant. Cela garantirait une lecture correcte de l’humidité de la coque. REMARQUE : une analyse effectuée le même jour ou dans les deux ou trois jours suivant la sortie de l’eau à l’automne entraînerait très probablement une fausse lecture de l’humidité. Tout inspecteur qui effectue cette mesure peu après la sortie de l’eau ne devrait pas être retenu !

Deux semaines avant la date de mon inspection, l’inspecteur m’a envoyé un rappel par courrier électronique comprenant une courte liste de choses à faire afin de me préparer et de rendre l’inspection aussi fluide que possible. Cette liste comprenait :

– Retirer la toile d’hivernage du bateau

– Avoir les documents d’immatriculation du bateau à portée de main

– Avoir à portée de main tout l’équipement qui aurait pu être à la maison pour l’hiver (voiles, par exemple)

– Supprimez tout encombrement pour garantir que tous les compartiments et coffres sont facilement accessibles

– S’assurer qu’il y a un accès facile à tous les passe-coques

– Installer les batteries

– Se brancher à l’alimentation électrique domestique (si disponible)

– Avoir une copie du dernier rapport d’inspection (le cas échéant)

– Fournir tous les reçus pour tout travail de réparation majeur effectué (le cas échéant)

Journée de l’inspection

Si vous n’avez jamais assisté à une inspection de bateau auparavant, ne vous inquiétez pas lorsque l’expert sort son marteau et commence à taper sur votre bateau! Dans des circonstances normales, quiconque ferait cela à notre bateau bien-aimé serait accusé d’un délit punissable de vive manière ! Mais ici, c’est normal. C’est en utilisant le son et la sensation que l’on peut détecter les zones problématiques, telles que tout délaminage ou pénétration d’eau.

Une fois l’inspection terminée, elle doit inclure une liste d’inventaire de tous les équipements à bord, y compris tous les appareils électroniques, équipements de sécurité, annexe, moteur hors-bord, gilets de sauvetage, numéros de série, etc. Assurez-vous d’apporter tout cela avec vous pour l’inspection.

L’inspection identifiera tous les éléments ou problèmes qui nécessitent une attention particulière. Dans mon cas, l’inspecteur donne la priorité à ces éléments comme A, B et C :

A – Choses qui nécessitent une attention immédiate avant la mise à l’eau. En plus des éléments évidents mentionnés ci-dessus, seront inclus également des équipements de sécurité, des gilets de sauvetage, des feux de navigation, des amarres appropriées, une ancre et des passe-coques, des colliers de serrage, etc.

B – Choses qui nécessitent une attention dans la mesure du possible, telles que des supports de moteur usés, un chandelier desserré, une fenêtre qui fuit, des anodes de zinc usées, etc.

C – Des choses qui sont surtout esthétiques ou non critiques.

Cependant, les exigences des assurances et de l’industrie changent. Une exigence plus récente est l’installation d’un détecteur/alarme de monoxyde de carbone sur tous les bateaux équipés d’une cabine. Ceci s’applique à tous les bateaux, qu’il y ait ou non une source de carburant à l’intérieur de la cabine, car la présence de monoxyde de carbone peut également provenir du refoulement émanant des gaz d’échappement.

Attendez-vous à ce qu’une inspection appropriée prenne quelques heures. La mienne en a pris un peu plus de trois et, selon l’inspecteur, le fait que tout soit prêt m’a été favorable et m’a fait gagner du temps.

Les résultats

Vérification de la conductivité des anodes

Même si j’ai abordé l’inspection avec une certaine appréhension, je dois admettre qu’au final, j’ai apprécié l’expérience. Et même si je pensais que tout allait bien, trois problèmes sont survenus et, honnêtement, je n’y aurais pas pensé ou je n’aurais pas pensé à les vérifier. Heureusement, ceux-ci tombaient dans la catégorie B et ont déjà été pris en charge.

 Anodes-coupe-orin sur arbre de transmission

Mes anodes avaient besoin d’attention ! Un test de conductivité a révélé que mes anodes sacrificielles ne fonctionnaient plus correctement. Corrigé simplement en les retirant et en ponçant l’arbre et les anodes, ce qui m’a pris environ 20 minutes. Si votre marina dispose d’une alimentation électrique à quai, l’état des anodes est en effet très important.

J’ai facilement résolu ce problème

– Le bouchon de remplissage d’eau douce sur le pont n’était plus bien étanche, ce qui permettait à l’eau de pénétrer à l’intérieur du pont. Également rapidement résolu en retirant les 3 vis de fixation, en soulevant le bouchon de remplissage afin de nettoyer le pont et les surfaces de montage, en ajoutant du mastic et en remontant les vis. Cela a pris environ 30 minutes.

– Les cartouches de mon pistolet pour fusées de détresse ont expiré et doivent être remplacées. Une visite à mon magasin de marine a résolu ce problème. Je peux me débarrasser des cartouches périmées lorsque mon CPS local (Escadrilles canadiennes de plaisance) organise sa collecte annuelle de fusées de détresse périmées.

En fin de compte, j’ai trouvé l’expérience positive et j’ai acquis non seulement une meilleure compréhension des raisons pour lesquelles les compagnies d’assurance exigent un rapport d’expertise, mais, plus important encore, des raisons pour lesquelles tout propriétaire de bateau ou acheteur potentiel devrait faire réaliser une inspection.

mrobic@aol.com
Membre des Escadrilles canadiennes de plaisance, Marc et sa femme naviguent sur leur Catalina 270, Aquaholic 3, à partir du Yacht Club de l’Île-Perrot à Montréal, où Marc a passé 16 ans comme maître de port. Tous deux sont également des adeptes de charter sans capitaine dans les Caraïbes. Avec plus de 40 ans d’expérience, Marc est également un passionné de bricolage à bord.

Related Articles


New Boats: Beneteau Oceanis 34.1 – A Sleek, Good -Looking Delight To Sail

By Katherine Stone

There is nothing more that I enjoy than being with friends and messing about in boats. Messing about in brand-new boats on a champagne sailing day on Lake Ontario at the beginning of the summer doesn’t get any better. To have the new owner, Helmuth Strobel and Anchor Yachts dealer Pancho Jimenez aboard made it even more special, as they can also speak to what they truly enjoy about the boat. We keep our own boat in a harbour that has a long waiting list for boats over 35 feet, so this little gem would definitely fit the bill and feels like a much bigger boat. True to the spirit of the 7th generation Oceanis line, the 34.1 is built in Poland and replaces the 35.1. It is 1,000 lbs lighter, 14 cm narrower and has 29% more sail area.

Read More


Destinations

Peter Island Resort in the British Virgin Islands has Reopened

Peter Island Resort in the British Virgin Islands has opened its rebuilt and re-envisioned luxury private island in 2024 after the property closures from the Virgin Islands’ 2017 hurricane season. Peter Island Resort has been undergoing its transformation for over six years. Its evolution includes brand new and upgraded accommodations and new state-of-the-art facilities and five stellar beaches amid hundreds of acres of unspoiled tropical island.

Peter Island Yacht Club

The new Yacht Club will be a must on the itineraries of sailors, boaters and yachtsmen with a marina that can accommodate a range of vessels from power boats, sailboats and catamarans, to super yachts of up to 200 feet. Located in Sprat Bay harbor, the Yacht Club will be its own destination with a dedicated swimming pool for Yacht Club guests, Drunken Pelican restaurant and bar, a commissary, Sea Chest Boutique and a sports recreation area with pickleball, basketball and bocce ball courts and a lawn-games area. To protect the coral reef and marine life surrounding the island, moorings will be located in White Bay, Sprat Bay, Deadman’s Bay…

Read More