·

Les dernières innovations dévoilées à Monaco

CPS-22-16-DevoileesAMonaco-400.jpg

6 septembre, 2022

Par Jeff Butler

Le Monaco Energy Boat Challenge (MEBC) qui s’est déroulé dans la Principauté du 8 au 13 juillet montre le chemin parcouru par la technologie de la navigation électrique et donne quelques indices sur ce qui nous attend.

À l’origine le Monaco Solar Boat Challenge, l’événement a changé la référence solaire en « Énergie » pour refléter et inclure toute la diversité des nouvelles options de propulsion. Les bateaux solaires sont toujours là, dans leur propre classe solaire, mais sont maintenant rejoints par la classe énergétique et la classe Open Sea.

En classe solaire, les bateaux ne peuvent utiliser que l’électricité tirée des panneaux sur les ponts de chaque entrée.

CPS1-Pic-1b.jpg

Une entrée en Classe Énergétique

Pour la classe Energy, le Yacht Club de Monaco (YCM) fournit des coques monotypes à des équipes universitaires du monde entier qui conçoivent ensuite leur propre système de propulsion en utilisant la source d’énergie qu’elles jugent appropriée.

Jérémie Lagarrigue est le président du jury technique MEBC et également membre de l’équipe Energy Observer qui navigue autour du monde sur un trimaran canadien converti en utilisant uniquement l’énergie des panneaux solaires, des voiles-ailes automatisées et de l’hydrogène récolté à partir de l’eau qu’il traverse. « Les bateaux solaires ont été un bon début », dit-il, « et maintenant la classe énergétique promeut tout type d’énergie comme l’hydrogène et le stockage électrique. Mais nous pouvons aussi avoir de nouvelles idées comme stocker l’énergie de l’air comprimé et l’énergie cinétique. »

Les courses pour les divisions Solaire et Énergie se déroulent dans le port Hercule de Monaco, tandis que les bateaux de la classe Open Sea courent au large et sont composés en grande partie de bateaux électriques et à hydrogène commerciaux.

CPS1-Pic-1c.jpg

Équipe solaire Sunflare

En plus des courses – compétitions de vitesse en tête-à-tête de slalom, d’endurance et de « championnat », tous les bateaux participants doivent présenter leurs solutions d’ingénierie et autres spécifications dans une série de « TechTalks » quotidiens. Les TechTalks font partie de l’événement depuis le début et fournissent maintenant une chronologie inestimable des progrès de la navigation à combustible non fossile.

Les premières années de l’événement ne comprenaient que les courses et les TechTalks, mais avec l’intérêt croissant pour la navigation à faible et à zéro carbone ainsi que le nombre de chercheurs et d’entreprises développant de nouvelles technologies, il y a aussi maintenant une série de conférences et un espace commercial pour exposants.

Le YCM a été fondé en 1953 par le prince Rainier et, bien qu’il soit probablement mieux connu pour son salon annuel du yacht et les super yachts extravagants qui s’y amarrent quotidiennement, il a également été un innovateur dans les courses de bateaux à moteur depuis le début.

Le Club est dirigé depuis 1984 par le fils de Rainier, le Prince Albert, qui a également créé la Fondation Albert II avec pour mission de « protéger et faire progresser la santé planétaire », avec un accent particulier sur les océans de notre monde.

La Fondation est l’un des principaux mécènes de l’Energy Boat Challenge. Le Prince et l’YCM, sont « très fiers que l’événement soit un incubateur qui stimule la créativité des ingénieurs de demain et de l’industrie pour développer des modes de propulsion utilisant des énergies propres ».

Bernard d’Alessandri, secrétaire général du YCM, déclare « C’est très important pour nous d’avoir ce type de rencontre, d’accueillir de jeunes ingénieurs de différents pays du monde – comme le Pérou, l’Inde, Dubaï, l’Indonésie – et de soutenir et encourager leur travail. Il est essentiel de partager les connaissances et de voir les progrès chaque année et d’évoluer vers des yachts de nouvelle génération avec moins d’impact environnemental ».

CPS1-Pic-1d.jpg

L’équipe de Polytechnique Montréal

Cette année, près de 40 équipes ont concouru en provenance de 21 pays, dont le Canada, avec une entrée dans la classe Énergie de Polytechnique Montréal.

Comme toutes les entrées de la classe énergétique, ils ont eu une coque fournie par le MEBC devant être équipée et propulsée avec leur propre système. Malheureusement, le transport de leurs batteries li-ion à Monaco était un défi logistique qu’ils n’ont pas pu surmonter. Ils ont pu tout tester à Montréal, mais pour l’événement lui-même, ils ont dû utiliser une batterie similaire, mais pas identique, fabriquée en Allemagne. Ils sont arrivés à une décevante 11e place, mais reviendront l’an prochain renforcés par l’expérience.

La classe énergétique globale a été remportée par une équipe de l’Université de Bologne qui s’est classée première dans toutes les courses, Slalom, Endurance, Vitesse. L’équipe solaire Sunflare des Pays-Bas a remporté la classe solaire, terminant première en slalom et en endurance avec une équipe de l’école polytechnique de Lausanne en Suisse remportant l’épreuve de vitesse du championnat. La classe Open Sea a été remportée par le Vita Lion, un bateau de sport électrique à batterie de 34 pieds qui offre une vitesse de croisière de 22 nœuds et une vitesse de pointe de plus de 35 nœuds.

La dixième édition du Monaco Energy Boat Challenge aura lieu en juillet prochain. Avec le rythme de développement de l’industrie des bateaux électriques et à hydrogène, il sera fascinant de voir quelles nouvelles entrées et technologies seront présentées dans le défi plus large du remplacement des combustibles fossiles pour la propulsion marine.

Le livre électronique « Plugboats Primer » sur les bateaux électriques est maintenant disponible (en anglais seulement).

CPS1-Pic-1e.jpg

La première édition est maintenant terminée. Ce document contient plus de 80 pages qui, je l’espère, tiennent la promesse du titre : « L’essentiel que vous devez savoir pour démarrer avec les bateaux électriques et la navigation de plaisance »

Je reçois toutes sortes de questions de la part des visiteurs du site Plugboats et j’ai donc pensé que la meilleure chose à faire serait de répondre à autant de questions que possible en un seul endroit. J’ai essayé de rendre le Plugboats Primer complet sans être chargé de jargon, en espérant trouver le bon équilibre pour qu’il soit informatif et précieux pour le plus grand nombre de personnes possible – ceux qui connaissent très peu (ou rien) sur les bateaux électriques… ceux qui en savent beaucoup… et tout le monde entre les deux.

Le prix de lancement est de 5 $ US. Cela inclut des mises à jour gratuites pour toujours, et puisque le monde et les technologies de la navigation électrique changent, le Primer aussi, et les acheteurs seront informés lorsqu’une prochaine édition sera disponible en téléchargement (gratuit).

CPS1-Pic-1f.jpg

Basé à Toronto Jeff Butler est l’éditeur/éditeur de plugboats.com, le site Web international sur tout ce qui touche aux bateaux électriques et la navigation de plaisance. Président de l’Association de bateaux électriques du Canada, il se prépare à organiser des courses et des expositions de bateaux à moteur électriques dans le port de Toronto en 2023 pour les premières courses de bateaux solaires dans ce site.

Source: Canadian Yachting On Board, 10 août 2022

Related Articles


New Boats: Beneteau Oceanis 34.1 – A Sleek, Good -Looking Delight To Sail

By Katherine Stone

There is nothing more that I enjoy than being with friends and messing about in boats. Messing about in brand-new boats on a champagne sailing day on Lake Ontario at the beginning of the summer doesn’t get any better. To have the new owner, Helmuth Strobel and Anchor Yachts dealer Pancho Jimenez aboard made it even more special, as they can also speak to what they truly enjoy about the boat. We keep our own boat in a harbour that has a long waiting list for boats over 35 feet, so this little gem would definitely fit the bill and feels like a much bigger boat. True to the spirit of the 7th generation Oceanis line, the 34.1 is built in Poland and replaces the 35.1. It is 1,000 lbs lighter, 14 cm narrower and has 29% more sail area.

Read More


Destinations

Telegraph Cove—from Resource Community to Tourist Delight

Text and photos by Marianne Scott

Telegraph Cove is a small indent situated on Johnstone Strait in the Salish Sea, 15nm southeast of Port McNeill and near Robson Bight, famous for its orca-rubbing beaches. The village has experienced many iterations with a long history—the harbour once served as a summer camp for the Kwakwaka’wakw who fished and hunted here beginning about 8,000 years ago. Many of their descendants still live in the area.

It’s a hopping place in the summer—winter only caretakers remain on site.

Read More